L’équipe Glycochimie & Reconnaissance Moléculaire s’intéresse à la conception et à la synthèse de systèmes multifonctionnels pour la reconnaissance, l’inhibition et la vectorisation de biomolécules d’intérêt. Les approches développées mettent en jeu divers motifs de reconnaissance (sucres, hétérocycles, peptides modifiés), des nano-plateformes (cyclopeptides, calixarènes, aromatiques) ainsi que des procédés de bioconjugaison, de ligations (bio)orthogonales (ex situ et in situ) et d’auto-assemblage supramoléculaire et covalent dynamique. Les projets visent : 1) la reconnaissance et l’identification de cibles biologiques par des sondes chimiques via des méthodes de chémobiologie, 2) l’inhibition de glycosidases, glycosyltransférases et cibles épigénétiques (DNMT, HDAC, HMT), et 3) la vectorisation d’acides nucléiques pour des applications en cancérologie et thérapies géniques.

Nos Thématiques

L’administration d’acides nucléiques thérapeutiques tels que l’ARNi et l’ARNm nécessite le développement de vecteurs supramoléculaires efficaces qui 1) génèrent des complexes d’acides nucléiques stables, 2) protègent les acides nucléiques de la dégradation enzymatique, 3) favorisent l’internalisation cellulaire, et 4) libèrent activement la cargaison thérapeutique à l’intérieur des cellules. Nous pensons que la chimie covalente dynamique est une stratégie très prometteuse pour générer des vecteurs intelligents qui s’auto-assemblent de manière adaptative et se dégradent finalement de manière chimiquement contrôlée afin de libérer les médicaments libres (Acc. Chem. Res., 2019, 52, 2, 510-519). Pour relever ce grand défi, nous avons déjà franchi des étapes clés, en rapportant la conception de polymères covalents dynamiques sensibles au pH (Chem. Eur. J., 2014, 20 (45), 14705-14714), leur auto-assemblage dirigé par des acides nucléiques (ChemBioChem, 2023, 24, 19, e202300333 ; Chem. Eur. J., 2023, 29, 7, e202202921), et leur capacité à délivrer des siRNA dans des cellules vivantes (J. Mater. Chem. B., 2018, 7239-7246), également avec des propriétés de ciblage cellulaire (Angew. Chem. Int. Ed., 2021, 60, 11, 5783-5787).

Les processus d’auto-assemblage covalents supramoléculaires et dynamiques peuvent être exploités comme outils synthétiques pour générer des architectures complexes qui se forment par autocorrection tout en présentant des caractéristiques adaptatives et réactives. Au-delà des blocs de construction rigides et pré-organisés, notre principal objectif est d’intégrer des biomolécules afin de générer des systèmes fonctionnels qui peuvent être interfacés avec des processus vivants et envisagés pour de futures applications biomédicales. Nous avons jusqu’à présent découvert i) des processus supramoléculaires conduisant à l’auto-assemblage dynamique de petites molécules sur des modèles d’acides nucléiques (pour une revue, voir ChemistryOpen, 2020, 9, 480-498 ; pour des articles de recherche, voir Eur. J. Org. Chem., 2021, 7, 1123-1135 ; Chirality, 2018, 30 (6), 719-729 ; Chem. Eur. J., 2018, 24 (3), 706-714 ; Chem. Commun., 2014, 50, 14257-14260), et ii) un auto-assemblage covalent dynamique hiérarchique impliquant la combinaison de multiples réactions covalentes réversibles se produisant en une seule fois et conduisant à la formation de cages à base de peptides (Chem. Eur. J., 2017, 23, 18010-18018) et de matériaux dynamiques (Biomacromolecules, 2022, 23, 1, 431-442). Des applications sont poursuivies dans le domaine de la thérapie photodynamique avec des preuves de concepts sur la double thérapie anticancéreuse (Int. J. Pharm., 2019, 569, 118585) et les traitements antibactériens.

Synthèse de sucres et iminosucres multivalents par des réactions « click » sans catalyseurs métalliques, en particulier l’addition radicalaire photoamorcée de thiols à des alcènes (couplage thiol-ène, TEC) et à des alcynes (couplage thiol-yne, TEC), ainsi que la conjugaison SuFEx. Des architectures multivalentes non naturelles présentant une large gamme de valences et d’arrangements tridimensionnels sont nécessaires pour étudier ou inhiber la reconnaissance des sucres par les lectines (protéines d’origine non immunitaire dépourvues d’activité enzymatique) et pour l’inhibition des enzymes glycosidases et glycosyltransférases.

Les mécanismes épigénétiques, incluant les modifications chimiques de la chromatine, sont impliqués dans le contrôle de l’expression des gènes. Ces modifications épigénétiques sont catalysées par des enzymes épigénétiques qui peuvent être dérégulées dans divers contextes pathologiques. Nos recherches dans ce domaine consistent à utiliser des stratégies innovantes, notamment des inhibiteurs épigénétiques multivalents, bifonctionnels, des pro-médicaments ainsi que des PROTAC, pour cibler ces enzymes épigénétiques. Ces projets nous conduisent à l’identification d’inhibiteurs d’intérêt thérapeutique comme composés anticancéreux ou anti-infectieux. A travers ces projets multidisciplinaires, nous collaborons avec des biologistes et des cliniciens afin d’évaluer nos composés dans des modèles pertinents in vitro et in vivo.

La chémobiologie peut être définie comme l’utilisation d’outils chimiques pour mieux comprendre les processus biologiques. Dans ce contexte, nous développons des sondes d’affinité contenant (ou non) un agent de photoréticulation afin de décrypter les mécanismes biologiques. Nous concevons et synthétisons des sondes chimiques pertinentes et les utilisons dans les cellules pour identifier la cible d’intérêt. Par exemple, en utilisant cette stratégie, nous avons pu identifier GRP94 comme cible d’analogues de bisubstrats d’adénosine-cytosine. Nous avons également identifié un nouveau réseau de protéines partenaires des DNMT, enzymes épigénétiques, dans les cellules cancéreuses, ce qui peut conduire à l’identification de cibles thérapeutiques inexplorées. Ces approches de chémobiologie peuvent avoir un impact important car elles permettent de mieux comprendre les processus biologiques au sein même des cellules vivantes et peuvent être appliquées à n’importe quel ligand d’intérêt.

Les membres de l’équipe

Alberto MARRA

DIRECTEUR

Alberto Marra a obtenu son diplôme de Sciences Pharmaceutiques à l’Université de Pise (Italie) en 1985. Il a ensuite préparé un doctorat en chimie organique à l’École Normale Supérieure de Paris sous la direction du Pr. P. Sinaÿ. Sa thèse a été soutenue à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) en 1989. Il a été chercheur postdoctoral à l’Université de Zurich (Suisse) avec le Pr. A. Vasella, puis à l’Université de Ferrare (Italie) où il a rejoint le groupe du Professeur A. Dondoni. Il a été promu au poste de professeur en 1998 dans la même université. Depuis septembre 2012, il est professeur à l’Université de Montpellier.

Image de remplacement
Yannick Bessin

Ingénieur d'études

CALZAFERRI Francesco
Francesco Calzaferri

Post-doctorant

Après avoir obtenu un diplôme en chimie et technologie médicinales à l’université de Milan, Francesco Calzaferri a obtenu un doctorat en pharmacologie à l’université autonome de Madrid, financé par le programme ITC-Marie S. Curie “PurinesDX”. Au cours de son doctorat, il a découvert de nouveaux antagonistes du récepteur P2X7 perméables...

Image de remplacement
Tom Cossoul

Stagiaire M2

Image de remplacement
Alice Depecker

Stagiaire M2

Image de remplacement
Julie Gilbert

Doctorant

LABROUSSE Clara
Clara Labrousse

Doctorant

Image de remplacement
Hugo Laigle

Stagiaire M2

LOPEZ Marie
Marie Lopez

Chargé de recherche

Dr Marie Lopez a obtenu son doctorat en 2007 à l’Université de Grenoble avec un projet portant sur la synthèse chimio-enzymatique et les études d’interaction des oligosaccharides sous la supervision du Dr Hugues Driguez et du Dr Alain Buléon. En 2008, elle a rejoint le Griffith Institute for Drug Discovery...

MARRA Alberto
Alberto Marra

Professeur des universités

Alberto Marra a obtenu son diplôme de Sciences Pharmaceutiques à l’Université de Pise (Italie) en 1985. Il a ensuite préparé un doctorat en chimie organique à l’École Normale Supérieure de Paris sous la direction du Pr. P. Sinaÿ. Sa thèse a été soutenue à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris...

ULRICH Sébastien
Sébastien Ulrich

Directeur de Recherche

Sébastien Ulrich a effectué son doctorat avec le Prof. Jean-Marie Lehn (2008, Université de Strasbourg, France), et des post-docs avec le Prof. Harry L. Anderson (Oxford University, UK) et le Prof. Eric T. Kool (Stanford University, CA, USA). En 2012, il a été recruté par le CNRS et a rejoint...

Publications de l’équipe