Accueil > Actualité

Une nouvelle fonction portée par la protéine L du virus Ebola

par corneille - publié le

Une nouvelle fonction portée par la protéine L du virus Ebola

Des chercheurs du laboratoire marseillais AFMB (Aix Marseille Université/CNRS) ont isolé du génome du virus Ebola une séquence codant pour un domaine de la protéine L impliquée dans la réplication virale. Cette protéine a été produite par ingénierie dans une bactérie non pathogène, puis purifiée et caractérisée en collaboration avec l’équipe Oligonucléotides Modifiés de l’IBMM (Montpellier) et l’équipe de J. Grimes du laboratoire STRUBI (Oxford, UK).
Cette étude publiée dans le journal Nucleic Acids Research a été remarquée par le CNRS.

En 2015, une épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola a conduit au décès de plus de 11 000 personnes. Cette épidémie a mis en exergue le manque d’outils thérapeutiques pour traiter les patients atteints du virus Ebola. Depuis, de nombreuses études ont permis de développer des candidats vaccins ou médicaments en cours de validation. Cependant, la recherche sur le virus Ebola reste limitée, notamment parce que le virus doit être cultivé dans un environnement de très haute sécurité.
Pour pallier cette difficulté, des chercheurs du laboratoire marseillais AFMB (Aix Marseille Université/CNRS) ont isolé du génome du virus Ebola une séquence codant pour un domaine de la protéine L impliquée dans la réplication virale. Cette protéine a été produite par ingénierie dans une bactérie non pathogène, puis purifiée et caractérisée en collaboration avec l’équipe Oligonucléotides Modifiés de l’IBMM (CNRS, Montpellier) et l’équipe de J. Grimes du laboratoire STRUBI (Oxford, UK).
Les chercheurs ont caractérisé un domaine méthyltransférase (MTase) de la protéine L qui méthyle les structures coiffes des ARNs nécessaires à la synthèse des protéines virales. Ils montrent que la MTase méthyle également les adénosines internes des ARNs. Le rôle de cette modification épitranscriptomique reste à élucider, mais pourrait être impliquée dans la réplication virale et l’échappement à la réponse antivirale.

En savoir plus :
The methyltransferase domain of the Sudan ebolavirus L protein specifically targets internal adenosines of RNA substrates, in addition to the cap structure
Martin B., Coutard B., Guez T., Paesen GC., Canard B., Debart F., Vasseur JJ., Grimes JM., Decroly E., Nucleic Acids Research, gky637

JPEG - 97 ko