Accueil > Actualité

Le projet « Ghréline : ligands et activité biologique » mis en lumière dans la revue PNAS

par corneille - publié le

Le projet « Ghréline : ligands et activité biologique » mis en lumière dans la revue PNAS

Une collaboration réussie entre l’IGF et l’IBMM sur un thème fédérateur : les Récepteurs Couplés aux Protéines G (RCPG) a conduit à une publication dans PNAS. Le récepteur de la ghréline est un RCPG appelé GHS-R1a. Activé par la ghréline ou des analogues de la ghréline, le GHS-R1a représente une cible intéressante avec des applications médicinales potentielles telles que le traitement de la cachexie, l’obésité, le diabète, la déficience en hormone de croissance, l’addiction à l’alcool ou d’autres drogues. Ces réponses biologiques sont essentiellement dues au récepteur exprimé dans l’hypothalamus. Mais comment la ghréline, qui est secrétée dans l’estomac, atteint sa cible localisée dans le cerveau ? C’est en partie ce qui a été démontré par nos chercheurs montpelliérains à l’aide d’une ghréline fluorescente active synthétisée et caractérisée à l’IBMM en collaboration avec Cisbio Bioassays et la technique de microscopie multiphotonique in vivo de l’équipe « Réseaux et rythmes dans les glandes endocrines » de l’IGF. doi:10.1073/pnas.1212137110

Voir en ligne : http://www.pnas.org/