Accueil > Événements > Séminaires

Séminaire Chimie ED459

Polymères pour l’électronique organique / Conversion catalytique du CO2 – Session « nouveaux entrants »

Dr. Sébastien Clément / Dr. Hugo Petitjean (équipes CMOS et MACS, Institut Charles Gerhardt UMR 5253, Montpellier)

publié le , mis à jour le

Le Jeudi 12 avril 2012 à 14h
UM2, salle de cours SC-16.01
(deux exposés d’une vingtaine de minutes)


1. Élaboration de polymères organométalliques et organiques pour des applications en électronique organique

Dr. Sébastien Clément, maître de conférences, ICG Montpellier équipe CMOS Chimie Moléculaire & Élaboration du Solide

Le domaine de l’électronique organique a connu un essor remarquable au cours de ces deux dernières décennies. Cet engouement pour les matériaux organiques et organométalliques peut s’expliquer entre autres par leur faible coût, par leurs propriétés mécaniques (possibilité d’obtenir des dispositifs flexibles) et leur facilité de mise en forme. Toutefois, les performances des dispositifs élaborés à partir des matériaux organiques et organométalliques tels que les diodes électroluminescentes (OLEDs), cellules photovoltaïques, transistors à effet de champs (OFETs) sont intimement liés à la structure du matériau organique. A ce titre, le design de nouveaux matériaux organiques et organométalliques répondant à un cahier des charges spécifiques constitue toujours un challenge. Nous verrons au cours de cet exposé la synthèse de nouveaux polymères organométalliques et organique illustrant ce propos.


2. Quel site actif de surface pour convertir le CO2 ? Une approche mixte expérimentale et théorique

Dr. Hugo Petitjean, chargé de recherches CNRS, ICG Montpellier équipe MACS Matériaux Avancés pour la Catalyse et la Santé

Le CO2 est un substrat en C1 potentiellement très attractif. Plus que jamais auparavant, son activation demeure un véritable défi scientifique. Une voie prometteuse d’activation est la catalyse hétérogène d’additions nucléophiles, grâce auxquelles on pourrait à la fois valoriser le CO2 et remplacer les procédés au phosgène.[1]

Mon projet de recherche vise à comprendre à l’échelle moléculaire comment les solides catalysent l’addition nucléophile d’alcools sur CO2 et comment les paramètres structuraux et chimiques des sites actifs influencent cet acte catalytique. Il s’agit donc d’une démarche résolument en amont du procédé, par laquelle on développe un modèle de site actif de plus en plus détaillé et prédictif.

Dans ce projet, nous combinerons expériences et modélisations pour caractériser et interpréter les étapes clés de la réaction de surface et ainsi, construire et affiner un modèle de site actif. Cette présentation sera l’occasion de détailler les motivations, verrous et méthodes de ce projet et de montrer l’intérêt des approches pluridisciplinaires pour la compréhension et la maîtrise de la réaction chimique.[2-4]

 Références : 
1. W.-L. Dai, S.-L. Luo, S.-F. Yin, C.-T. Au, Appl. Catal. A 2009, 366, 2.
2. C. Chizallet, H. Petitjean, G. Costentin, H. Lauron-Pernot, J. Maquet, C. Bonhomme, M. Che, Journal of Catalysis 2009, 268, 175.
3. H. Petitjean, C. Chizallet, J.-M. Krafft, M. Che, H. Lauron-Pernot, G. Costentin, Physical Chemistry Chemical Physics 2010, 12, 14740.
4. H. Petitjean, K. Tarasov, F. Delbecq, P. Sautet, J. M. Krafft, P. Bazin, M. C. Paganini, E. Giamello, M. Che, H. Lauron-Pernot, G. Costentin, Journal of Physical Chemistry C 2010, 114, 3008.


Agenda

Ajouter un événement iCal