Accueil > Événements > Séminaires

Séminaire Chimie ED459

Procédés industriels de traitement et de valorisation des phosphates sédimentaires marocains et de leur dérivés

Prof. Ahmed Bouhaouss (Université Mohamed V, Rabat, Maroc)

publié le , mis à jour le

Le Jeudi 23 Septembre 2010 à 13h45
UM2, Salle de cours SC-16.01

Depuis sa création au Maroc, le Groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP), se charge des procédés industriels de traitement et de valorisation des phosphates sédimentaires. Cet office joue un rôle important sur le plan économique et social du pays. C’est un office semi-public à caractère industriel et commercial. Il détient le monopole de la recherche scientifique et technique, de l’exploitation et aussi de la valorisation et de la commercialisation des phosphate et de leurs et de leurs dérivés (acide phosphorique, engrais…).

Les phosphates naturels sont extraits, enrichis puis transformés en acide phosphorique selon différents procédés industriels. L’acide phosphorique produit peut être commercialisé ou directement transformé en engrais phosphatés, binaires, ternaires ou complexes ou en d’autres sels. Dans ce séminaire, seront évoqués les procédés industriels de traitement et de valorisation des phosphates sédimentaires utilisés par l’OCP, depuis la roche sédimentaire jusqu’aux engrais via la production de l’acide phosphorique industriel.

L’acide minéral utilisé dans l’attaque industrielle, par voie humide, de ces phosphates sédimentaires marocains est l’acide sulfurique. Dans ces procédés, le phosphate sédimentaire est attaqué par l’acide phosphorique de recyclage pour produire le phosphate monocalcique soluble qui réagit à son tour avec l’acide sulfurique pour donner l’acide phosphorique et le sulfate de calcium. (CaSO4nH2O avec n = 2 ; 1/2 ou 0).

En ajustant, selon le procédé industriel, la température de réaction, la concentration de l’acide sulfurique, le taux de P2O5, etc, on peut former :
– du sulfate de calcium hémihydraté, le procédé est dit HémiHydrate (HH),
– du sulfate de calcium dihydraté, le procédé est dit DiHydrate (DH),
– ou du sulfate de calcium anhydre, le procédé est dit Anhydre.

Il existe aussi les procédés industriels de combinaisons des deux précédents procédés, c’est-à-dire les procédés hémihydrate-dihydrate et dihydrate-hémihydrate. Il est important de signaler qu’un procédé industriel de fabrication de l’acide phosphorique se heurte souvent à des contraintes techniques et physico-chimiques, pour :
– extraire le maximum de P2O5 de la roche phosphatée,
– précipiter un sulfate de calcium qui filtre bien et qui se lave facilement,
– produire un acide phosphorique aussi concentré que possible avec le minimum d’opérations, un faible coût, et sans pollution pour l’environnement.

Dans ce séminaire seront aussi traités les procédés de valorisation du « sous-produit » de cette industrie phosphatière, savoir le phosphogypse.

.

Contact local ICGM (Éq. AM2N) : Dr. Peter Hesemann

Agenda

Ajouter un événement iCal